Les fondements de l’unité de l’Eglise Parvenir à la connaissance de Jésus-Christ

Je suis vraiment heureux de passer ce moment avec vous parce que nous le passons ensemble autour du Seigneur et de Sa Parole. Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir partager ensemble la Parole, de saisir cette occasion de nous rapprocher de Jésus parce qu’Il veut toujours se rapprocher de nous.

Je vais commencer par lire un court passage de l’Evangile de Jean au chapitre 17. C’est Jésus qui prie : c’est un des rares passages de la Bible où nous voyons le Seigneur Jésus prier longuement et le moment est particulier puisqu’il allait à la Croix, c’était peu avant la crucifixion. Il fait une dernière prière pour ses disciples, pour nous. Il déverse vraiment Son cœur. « Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.»

Le Seigneur demande la vie éternelle pour ses disciples., et il dit que la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent le Père et le Fils. Ce que Jésus veut c’est que nous le connaissions et pour le connaître, il n’y a qu’un moyen, c’est qu’Il se révèle à ceux que le cherchent. C’est Lui qui nous cherche le premier. Mais quand nous commençons à le connaître, nous devons avoir dans le fond du cœur le désir de le connaître mieux et nous réalisons alors que c’est Lui qui nous cherche vraiment. C’est merveilleux de penser que le créateur de l’univers cherche ses créatures et qu’Il veut leur donner la vie éternelle et approfondir Sa communion avec chacun. Où en est votre communion avec Jésus en ce moment ? Est-ce qu’elle grandit ? “La vie éternelle c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu et Celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.”

Le Seigneur nous annonce d’abord que la vie éternelle, c’est de connaître le Père et Celui qu’Il a envoyé, Jésus-Christ. Jésus nous dit par ailleurs qu’Il est le seul chemin vers le Père et que personne ne peut venir au Père si ce n’est en passant par Lui. Jésus nous sauve pour nous amener au Père, afin que nous le connaissions comme un Père. Connaissez-vous le Père comme votre Père ? Avez-vous une relation personnelle de fils et fille par Jésus-Christ avec notre Père céleste ? Notre Père céleste est dans les cieux et Il a un plan merveilleux pour nous.
Nous ne pouvons pas le connaître d’une manière intellectuelle, nous ne pouvons pas le connaître d’une manière sentimentale, nous ne pouvons le connaître qu’en esprit et en vérité. Et seulement si notre esprit a été régénéré, si notre esprit est passé par une nouvelle naissance, si notre esprit a connu la vie du Seigneur, si nous nous sommes tournés vers Lui. Nous nous sommes tournés vers Lui, parce que nos cœurs ont compris ce qu’Il était venu faire. Nous avons été touchés par le Saint-Esprit, alors que nous étions pécheurs. Le Saint-Esprit nous a révélé notre état pour nous faire

sortir de là où nous étions et pour nous prendre de là où nous sommes, tels que nous sommes. Il veut nous amener quelque part en nous amenant au salut. Le salut ce n’est pas le but final, le salut c’est la porte qui nous mène vers le but de Dieu le Père par Jésus. Le but du Père c’est de nous transformer à l’image de Jésus-Christ par la foi.

Je suis obligé de le répéter, parce que beaucoup de chrétiens, même s’ils l’ont déjà entendu, ont quelquefois du mal à croire à ce plan si merveilleux selon lequel Dieu veut nous changer à son image, Jésus veut nous faire ressembler à ce qu’Il est. Je ne parle pas d’une ressemblance physique bien sûr ! Je parle de la ressemblance du caractère et de la nature de Jésus, de Son amour, de Sa joie, de Sa paix, de Sa sainteté. Jésus veut déverser tout cela dans nos vies et Il veut que sur cette terre nous puissions marcher comme Lui. Vous voyez la transformation qu’il faut faire ? Lui seul est capable de le faire ! La vie éternelle c’est de connaître Jésus !

Nous allons lire un autre court passage dans l’épître de Paul aux Philippiens où Paul nous explique ce qu’il entend par connaître Jésus. Mon but ce soir c’est que nous puissions progresser dans la connaissance de Jésus, parce que Jésus est tout pour moi, et Il est tout pour ceux qui lui appartiennent. Jésus veut être tout en tous. Le centre de notre vie c’est Jésus-Christ, Il est notre vie. Nos yeux sont fixés sur Lui, ils doivent l’être en permanence, nous ne devons jamais quitter Jésus des yeux. Vous savez ce qui est arrivé à Pierre quand il a marché sur l’eau et qu’il a quitté Jésus des yeux, il a commencé à couler. Si nous quittons Jésus des yeux nous sombrons immédiatement. Mais dès que nous crions à Lui et que nous reportons les yeux sur Lui et sur Sa Parole, Il nous relève et nous marchons avec Lui.

Dans Philippiens 3, Paul raconte qu’il avait de quoi se glorifier dans la chair. Avec tous les diplômes qu’il avait, il aurait pu se glorifier dans la chair, mais il dit au verset 7 : « Ces choses (toutes ces belles choses dont il aurait pu se vanter) qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur (La vie éternelle c’est de le connaître, c’est la connaissance la plus excellente de toutes les connaissances. Quand nous connaissons Jésus nous avons la meilleure connaissance qui soit dans le monde et Jésus veut être connu !), pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ… » Paul nous dit qu’en un sens nous n’avons pas à gagner Christ puisqu’Il se donne gratuitement, mais qu’il y a une manière de gagner Christ, c’est de renoncer à tout. Si nous restons attachés à toutes ces choses qui étaient si importantes pour nous avant de connaître Jésus, si nous gardons quoi que ce soit d’attachement à ces choses, nous allons manquer de quelque chose à la connaissance de Jésus. Il faut renoncer à tout cela à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus et de l’importance de connaître Jésus tel qu’Il est. Cela ne veut pas dire tout quitter pour se faire moine, cela veut dire que dans le cœur je sais qu’il n’y a rien qui compte plus dans ma vie que la connaissance de Jésus-Christ. Tout ce qui est un obstacle entre Jésus et moi, ou qui pourrait l’être, doit être enlevé pour que je le connaisse. Il faut que mon cœur soit libre de toutes ces choses.

Est-ce que vous êtes attachés à quelqu’un ou à quelque chose d’autre, à part Jésus-Christ ? « Et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ ». Vous voyez la progression du raisonnement de Paul. Nous venons dans ce monde dans le péché, la connaissance de Jésus nous enlève du péché pour nous établir en Lui et pour pouvoir le connaître. Maintenant il faut que dans nos cœurs nous ayons renoncé à tout, y compris à nous-mêmes, à nos objectifs personnels, à nos désirs personnels, à ce que nous voulons faire de notre vie pour gagner Christ et le laisser pleinement entrer en nous pour qu’Il fasse en nous ce qu’Il veut faire, nous transformer à son image. “Afin de connaître Christ.”

Est-ce que vous languissez de le voir ? Nous allons bientôt le voir si nous lui appartenons et si nous sommes prêts. Jésus-Christ va bientôt revenir, nous sommes dans les temps de la fin. Si nous étudions la Parole et si nous écoutons la voix du Saint-Esprit, Jésus nous montre que nous sommes dans les temps de la fin, que Son retour est proche. Le Seigneur veut enlever vers Lui Son épouse sans

ride ni tâche ni rien de semblable. Il est en train de travailler dans la vie de ceux qui Lui appartiennent pour faire d’eux vraiment cette épouse qu’Il veut enlever parfaite à sa rencontre.

Est-ce que vous avez l’assurance, la certitude totale, absolue d’être enlevés à Sa rencontre quand Il va venir ? Il ne faut pas qu’il y ait le moindre doute, parce que cette assurance nous est donnée par la foi en Jésus et c’est Lui qui travaille en nous pour nous transformer et nous rendre dignes de paraître devant Lui. Jésus va attirer ceux qui sont de la même nature que Lui, par la nouvelle naissance. Il va attirer aussi ceux qui ont accepté et laissé faire dans leur vie, ce travail très profond de dépouillement de tout ce qui vient du passé, pour que nous puissions nous revêtir de tout ce qu’Il veut nous donner afin de connaître Christ et la puissance de Sa résurrection.

La vie de Christ est une vie de résurrection. Il était mort, Il est ressuscité et aujourd’hui il est le détenteur absolu de la vie de résurrection ; l’Esprit qu’Il nous donne quand nous nous approchons de Lui est un esprit de résurrection. Le Saint-Esprit est un esprit de résurrection d’entre les morts. Christ, qui était mort trois jours et trois nuits dans le tombeau, est ressuscité par la puissance de l’esprit de résurrection que le Père a envoyé pour le sortir du tombeau. Cet esprit, Jésus le donne à ceux qui Lui appartiennent, qui se sont convertis, qui se sont repentis de leurs péchés, qui sont venus vers Lui tels qu’ils étaient. Le sang de Christ a purifié nos péchés. Nous sommes passés par une nouvelle naissance et l’Esprit de Dieu vient dans nos cœurs. Cet esprit de résurrection travaille à rendre la vie à tout ce qui était mort en nous. Il commence par notre esprit et il veut répandre cette vie de résurrection dans tout notre être. Dans Romains 8 verset 11, on peut lire : «…l’esprit de Celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts vivifiera vos corps mortels ». Même le corps mortel ! En attendant la résurrection !

Revenons à Philippiens 3, au verset 10 : «… et la communion de ses souffrances ». Savezvous quelles ont été les souffrances de Jésus ? Je ne parle pas seulement des souffrances qu’Il a dû endurer, et qu’Il a endurées Lui seul sur la Croix. Ce sont les souffrances qu’Il a connues tout au long de Sa vie parce qu’Il était Dieu fait homme, parfaitement pur, parfaitement saint, au milieu d’un monde de ténèbres. Il a été constamment soumis à l’opposition de ce monde, à l’incompréhension, au rejet, à part quelques disciples qui l’ont suivi du mieux qu’ils le pouvaient de tout leur cœur. Dans son ensemble, le monde avec son esprit n’a pas accepté le Seigneur. Et cet esprit du monde autour de nous, inspiré par Satan qui domine ce monde, cet esprit va s’opposer, va s’acharner contre ceux qui veulent connaître Christ et qui veulent vivre de Sa vie. Il faut le savoir simplement. Les rejets, les incompréhensions, les injustices, font partie de notre programme, dans le Seigneur, à cause de l’environnement qui est le nôtre. Ce sont des grâces que Dieu nous donne pour avancer, parce que Jésus à connu cela avant nous. Jésus vit en nous et Il est seul capable de nous aider à traverser tout cela en vainqueur.

Continuons au verset 11 : « …en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts ». Le “si je puis” n’est pas un doute, cela montre bien qu’il est toujours possible pour Paul qu’il n’y arrive pas s’il ne faisait pas ce qu’il fallait. Paul n’exprime pas du tout un doute. A la fin de sa vie, nous voyons ce qu’il écrivait dans ses épîtres : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée » (2 Timothée 4:7). Paul était sûr de l’endroit où il allait.
Paul dit que si nous voulons parvenir à la pleine vie de résurrection de Jésus dès ici-bas, si nous voulons parvenir à ce qu’Il veut faire en nous, il faut que nous acceptions son programme de mort et de résurrection. Jésus va s’employer à mettre à mort soigneusement, attentivement, tout ce qui vient de notre vie passée, c’est-à-dire tout ce qui était souillé par le péché, toutes ces habitudes que nous avions prises dans ce monde avant de connaître Jésus, toutes ces mauvaises habitudes de penser, de réfléchir, de vivre. Nous recevons dans notre esprit avec Christ une vie éternelle de résurrection qui est la présence même de Dieu, qui nous fait la grâce de venir habiter dans un tabernacle fait de chair. Si Christ vient habiter là ce n’est pas pour accepter de laisser cette maison telle qu’elle était quand Il y est entré. Christ veut faire un nettoyage complet. Il veut faire un nettoyage non seulement des impuretés, mais des fausses doctrines, de tout ce qui est à côté de sa Parole qui sont aussi des impuretés pour le Seigneur. Il va faire à sa manière un nettoyage complet, c’est-à-dire en faisant la

lumière dans nos cœurs et en nous associant à son œuvre, pour demander : “Est-ce que tu veux que je fasse ce travail ? Est-ce que tu veux que j’aille jusqu’au bout ou est-ce que tu es encore attaché à quelque chose de ta vie d’avant, de toi-même. Est-ce que tu veux me laisser faire ?”
Je vous supplie au Nom de Jésus d’avoir pris cette décision sérieusement, honnêtement : “Seigneur, je t’ai donné ma vie à cent pour cent, je veux que tu fasses un travail à cent pour cent, parce que je veux que Ton Nom soit glorifié dans ma vie. Je veux, Seigneur, que tu me montres toutes les impuretés, tout ce qui vient de la chair, tout ce qui vient encore de choses que j’ai héritées de mon passé, tout ce qui est faux. Je veux que tout ce qui est contraire à la vérité, soit remplacé par ta vérité.”

Jésus est la vérité, Sa Parole est la vérité. Si je dis : “Seigneur, remplace tout par ta vérité” cela veut dire que Jésus va prendre toute la place. Il n’y aura plus de mélange. Un mélange, c’est quelque chose de chaud mélangé à quelque chose de froid. Jésus dit dans Apocalypse 3: 16 : « Ainsi, puisque tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Mais s’il y a un mélange que tu supportes encore, tu es en danger devant le Seigneur, je parle de mélange connu. Il y a des tas de choses dans notre vie que le Seigneur ne nous a pas montrées. Au moment où Il nous montre quelque chose qu’Il veut changer, si nous restons accrochés à notre position, nous sommes en danger. Disons honnêtement : “Seigneur, je te demande de faire la lumière, montre-moi si les doctrines auxquelles je crois sont vraies.”

Vous avez remarqué que les chrétiens se disputent pour des raisons de doctrines diverses. Tous les petits groupes, les dénominations, se sont tous fondés à partir d’un aspect particulier de la Parole de Dieu, au détriment ou au profit d’un autre ; chacun prend un morceau qui était valable pour en faire sa doctrine principale. Maintenant quand vous regardez l’Eglise visible, celle que l’on voit sur la terre, comment la voyez-vous ? Je la vois dans un état lamentable, des divisions partout. Paul disait aux Corinthiens dans sa deuxième épître, au chapitre 11 et au verset 19 : « …il faut qu’il y ait aussi des sectes (des divisions) parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous ».

Le Seigneur veut que nous réalisions notre unité spirituelle en Christ. Notre unité va passer par une pleine connaissance de Jésus-Christ, pour chacun de nous. Si toi, ma sœur ou mon frère, tu connais Jésus à quatre-vingts pour cent, et si moi je le connais à cinq pour cent nous n’allons pas être en communion réelle, il va y avoir quelque chose qui va gêner notre communion puisque notre connaissance de Jésus ne sera pas la même. Imaginez que nous tous ici, nous parvenions chacun à une pleine connaissance de Jésus, parce que nous l’avons désirée de tout notre cœur, nous avons laissé Jésus faire ce travail, nous croyons qu’Il veut le faire et nous lui demandons de le faire. Imaginez que nous tous ce soir nous soyons dans la même connaissance de Jésus, je ne parle pas dans les mêmes doctrines, dans la même connaissance personnelle de Jésus ; comme Il est la Parole, nous aurons une même connaissance de la vérité et des doctrines bibliques, il n’y aura pas un atome de différence de communion entre nous. Qu’elle situation merveilleuse pour l’église de Jésus-Christ !

Dans nos déplacements avec mon épouse, nous voyons cela actuellement. La plupart des rencontres que nous faisons sont dans des petits groupes. Quelquefois nous allons dans de très petits groupes de chrétiens qui ont été mis à la porte de leurs églises, de grandes dénominations, ou qui ont dû en partir parce qu’ils ne pouvaient plus vivre ou cautionner, accepter ce qui se faisait. Donc, ce ne sont pas des rebelles, ce ne sont pas des gens qui voulaient faire des divisions, ce sont des frères et des sœurs qui voulaient vraiment marcher droitement avec Jésus. Ces chrétiens n’ont pas accepté ce qu’on leur demandait de vivre dans leur église et, de gré ou de force, ils se sont trouvés à l’extérieur, en se demandant souvent ce qui se passait. Ce n’est pas une situation normale, le Seigneur voudrait que tous les enfants de Dieu dans cette ville ici se reconnaissent comme frères et sœurs, même s’ils ne sont pas d’accord sur différents points de doctrine. S’ils sont nés de nouveau, je le répète, c’est cela qui est important. S’ils sont nés de nouveau en Jésus, qu’ils puissent, quand ils se rencontrent se rencontrer comme frères et sœurs et se traiter de la sorte. En général quand il y a eu des cassures, des coupures, des divisions, (comme celles que nous avons nous-mêmes connues ou que nous avons rencontrées),

cela laisse des traces, parce que ce sont des situations difficiles qui ont été vécues et il reste des blessures profondes. Il y a eu des injustices, des incompréhensions, des rejets. Il y a eu des coups, des plaies qui se sont ouvertes et le danger dans ce cas est de laisser la chair se manifester par de l’amertume et des relents d’animosité. Nous disons avoir pardonné, mais nous n’avons pas oublié, et nous ajoutons : “Je ne veux plus le voir ou la voir Seigneur !” La situation que Jésus nous demande n’est pas celle-là.

Quand nous sommes remplis de la vie de résurrection de Jésus, nous avons fait une croix une fois pour toutes sur la chair et ses réactions ! Nous avons compris quelle était la place de la chair, nous avons compris l’œuvre de la Croix, nous avons décidé d’appliquer volontairement la Croix à notre vieille vie passée parce que nous voulons vivre la vie de résurrection. Nous n’allons pas supprimer les souffrances et les blessures, mais nous allons supprimer les suintements mauvais, les infections, la bile, ce n’est pas votre cas j’espère ? C’est la situation de l’Eglise visible, je dirais dans le monde entier. En ce moment ce que nous voyons est vraiment réjouissant : nous voyons l’Eglise invisible de JésusChrist, celle que Dieu voit, c’est-à-dire ses vraies brebis, ses enfants, comprendre le plan de Dieu dans ces temps de la fin, et y entrer volontairement parce qu’ils ont compris.

Quel est le plan de Dieu dans ces temps de la fin ? C’est de nous transformer pour nous préparer à Sa venue. Il veut donc nous révéler dans quelle situation spirituelle nous sommes devant Lui. Jésus nous donne les moyens par Son Esprit et Sa Parole, d’entrer dans Son plan, d’être transformés à Son image, d’être remplis de Son caractère, de Son amour, de réaliser qu’au-delà des frontières, des dénominations et des églises, nous formons un seul troupeau avec un seul berger. Même si un chrétien continue à fréquenter une église qui a tel point de doctrine secondaire, le plus important pour lui c’est de comprendre dans son cœur où est sa place spirituelle. Ma place spirituelle est en Jésus, dans Son Eglise, assis dans les lieux célestes en Christ. Si mon frère est vraiment né de nouveau, je le sais, je le vois, je le sens dans mon cœur. Chez ce frère l’amour de Jésus est dans son cœur. Qu’il ne parle pas en langues et moi oui, qu’il chasse les démons et pas moi, qu’il ait telle conception et pas moi, il n’est pas éclairé de la même manière, mais il a compris et moi aussi que nous étions fils et filles du même Père. Nous avons compris que Dieu nous demandait d’entrer ensemble dans cette relation d’Eglise, toute simple celle du début des Actes des apôtres, qui persévéraient ensemble dans les prières, dans la communion fraternelle, dans l’enseignement des apôtres, dans la fraction du pain. Ils étaient tous répartis dans des groupes divers qui étaient en général des maisons.

Il y avait à Jérusalem ou à Antioche des milliers de chrétiens. A Antioche, au début de l’ère chrétienne, il y avait dans les quatre-vingt mille chrétiens, tous dans des maisons. Cela ne leur venait pas à l’idée de construire une cathédrale de pierre pour y mettre dix mille personnes. Cela n’est pas le plan de Dieu dans Sa Parole. Le Seigneur sait ce qu’Il fait. Il veut des petits groupes familiaux, mais ces petits groupes sont en contact spirituel les uns avec les autres et au niveau d’une cité cela fait une grande famille, on ose se fréquenter, se connaître et s’inviter.
“Ah ! Mais cela ne plairait pas à mon pasteur si nous faisions ainsi, il me ferait la tête ou il serait inquiet que je me perde.” C’est vrai, si c’est un bon pasteur il doit avoir ce souci dans le cœur. Les brebis que le Seigneur m’a confiées si elles circulent et qu’elles vont à gauche et à droite je ne peux pas manquer de m’occuper de l’endroit où elles vont, mais dans le bon sens, si cela se passe, simplement comme le Seigneur l’aimerait, le voudrait. Si tu es dans l’église dont je suis l’ancien, et si tu vas dans l’église de mon frère qui est l’ancien d’à côté, et que tu reçoives une bonne nourriture, je me réjouirai. Les anciens travaillent ensemble au niveau de la localité dans la ville. Au niveau d’une cité comme celle-là, tous les anciens, tous les pasteurs, tous les responsables devraient avoir compris que dans le plan du Seigneur ils doivent travailler ensemble et pas seulement avec ceux de la même dénomination ; c’est une nécessité.

Les questions de doctrine secondaire ne doivent jamais nous arrêter tant que nous cherchons ensemble la vérité. Si tu n’es pas d’accord avec moi sur un point de doctrine secondaire, mais si tu as le même Sauveur et le même Seigneur que moi et si nous cherchons ensemble la vérité je t’assure que Dieu ne va pas tarder à nous mettre d’accord, parce que nous allons chercher de tout notre cœur quelle

est la vérité. “Seigneur, mon frère dit cela, mais moi je crois autrement ; que dit ta Parole, éclairée par ton Saint-Esprit ? Je veux de tout mon cœur prier pour voir si ma position est vraiment la bonne, si c’est lui qui se trompe ou moi, ou si nous nous trompons tous les deux.” Si Dieu me donne la conviction que j’ai raison de manière doctrinale je vais prier pour mon frère afin que le Seigneur lui révèle la même chose.
Vous voyez que la condition est simple, mais elle est quand même difficile parce qu’il faut qu’il y ait l’amour de la vérité dans les cœurs. Si je suis plus attaché à la doctrine de mon église qu’à la Parole de Dieu et à la vérité, jamais je ne pourrai m’entendre avec une personne qui cherche la vérité. Il en est de même si je suis attaché à ma doctrine, et si cette doctrine n’est pas la doctrine de Dieu. Il y a une association étroite entre la doctrine du Seigneur et l’amour de Dieu.

Vous voyez cela dans Jean 15, au verset 1, le Seigneur Jésus dit ceci : « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment (les sarments, c’est nous qui sommes au Seigneur) qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée ». Le Seigneur parle de deux choses, Il parle du fruit de la pureté, et de la sainteté. Il dit bien que pour qu’Il produise en nous l’amour et la pureté il faut que nous restions attachés à Jésus et à Sa Parole. « Déjà vous êtes purs à cause de la Parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi ». Le fruit de l’Esprit c’est d’abord l’amour, et tous les autres aspects sont un aspect de l’amour, la joie, la paix etc., le caractère même de Jésus. L’amour est produit en nous par la sève divine du Saint-Esprit, si nous restons attachés à Jésus et à Sa Parole. En même temps la sainteté, la pureté de Jésus va être produite en nous à cause de Sa Parole qui est Esprit et vie et qui purifie.

Il y a quelque chose qui me rassure dans toutes les divisions doctrinales ou dans les fausses doctrines qui circulent dans l’église actuelle : comme il y a un rapport étroit entre la pureté, l’amour de Christ et la vérité, vous pouvez être certains que dès qu’il y a une fausse doctrine quelque part, même minime, elle ne pourra pas produire le bon fruit. Cette église va produire de l’impureté, quelque chose qui ne sera pas l’amour de Christ. C’est à cela que nous reconnaissons le faux et le vrai, la vérité et l’erreur. Les chrétiens devraient examiner vraiment à la lumière de Dieu, de Son Esprit, les fruits qu’ils portent. Ils devraient accepter de reconnaître que ces fruits sont mauvais, impurs que ce n’est pas vraiment l’amour de Christ qui est dans leur vie. Les chrétiens devraient reconnaître qu’il y a de l’impureté. L’impureté c’est simplement ce qui vient de la chair, une forme d’impureté qui se manifeste encore. S’il y a une forme d’impureté qui se manifeste dans ma vie, c’est qu’il y a quelque part un manque de révélation de la vérité. Il a encore quelque part quelque chose de faux que je continue à croire.

Tout le travail de l’Esprit de vérité de Jésus va être de mettre en lumière ce mensonge, ce quelque chose de faux que je continue à croire, pour le remplacer par sa vérité, afin qu’il produise vraiment le bon fruit : l’amour, et la pureté de Jésus. C’est la raison pour laquelle nous devons tellement veiller à la lumière du Seigneur pour qu’Il nous montre si nous produisons le bon fruit. Je reviens sans cesse là-dessus parce que Jésus y revient sans cesse, produisons du fruit et que ce fruit grandisse et demeure. Le fruit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la maîtrise de soi, tant d’autres aspects encore, qui sont produits en nous par le Seigneur Jésus qui est le cep. Quand Sa vie s’écoule en nous, et va dans le sarment, elle produit le beau fruit, qui est bon à manger par Dieu et par nos frères et nos sœurs.

Le Seigneur veut que Son Eglise se repente. Je fais un appel à la repentance ce soir, non pas que je vous considère comme de grands pécheurs, ce n’est pas dans ce sens-là que je le dis. La repentance vraie consiste à se mettre devant le Seigneur, en disant : “Seigneur, fais la lumière pour me convaincre de ce que toi tu considères comme péché, et que moi je ne vois pas encore. Ce n’est pas nécessairement quelque chose de grossier, mais c’est quelque chose que tu veux éliminer de ma vie parce que c’est une impureté, tu veux l’éliminer par la révélation de la vérité, parce que tu m’aimes et

tu veux me remplir de toi.”
D’où viennent les divisions parmi vous dit Paul ? Paul nous donne une liste des oeuvres de la chair. Cela ne vient pas du diable ! Il ne faut pas donner au diable trop d’honneur, lui mettre toute la responsabilité sur le dos. C’est vrai que le diable fait beaucoup de choses, mais vous croyez qu’il pourrait passer dans l’église si celle-ci marchait par l’Esprit ? Vous croyez qu’il pourrait faire ce qu’il fait si la chair n’était pas encore attachée à nos pas ? Si nous continuons à manifester les œuvres de la chair, le diable va s’en servir, il va entrer par-là et il va cogner.

Si nous comprenons que Jésus est venu mettre à la Croix notre chair mauvaise, une fois pour toutes et la crucifier, et si nous apprenons de Lui à marcher non plus par la chair mais par l’Esprit, le malin n’aura plus de place en nous. Il pourra toujours cogner sur nous, oui ! Il pourra nous persécuter, nous faire mettre à mort, si Dieu le permet, mais il ne pourra plus pénétrer dans le cœur de l’église pour faire ce qu’il fait de l’intérieur : les mensonges, les séductions, les œuvres de la chair… C’est le cri de mon cœur : “Seigneur tu vas me montrer tout ce qui ne va pas, c’est moi qui suis concerné devant Dieu, ce n’est pas mon voisin, mon frère, ma sœur, c’est moi, c’est chacun de nous.”

Dieu veut réunir en un seul troupeau et un seul berger tous ses enfants dispersés. C’est pour cela que Jésus a été envoyé. Il faut enlever les obstacles que la chair est venue dresser entre nous quand nous continuons à marcher par la chair et non par l’Esprit. La seule raison biblique de me séparer d’un frère ou d’une sœur c’est le péché. Si quelqu’un se dit frère et qu’il vive ouvertement dans le péché, qu’il le sait, et qu’après l’avoir averti, et l’avoir aidé (il faut aider les faibles.) il continue, Paul nous demande de ne plus le fréquenter. Je parle de ceux qui restent volontairement accrochés au péché, en continuant à se dire chrétien. Je ne parle pas du fait de ceux qui ont besoin d’être secourus, je parle de ceux qui pratiquent ouvertement le péché et qui continuent joyeusement à fréquenter l’église de Jésus-Christ en se disant chrétien. Paul dit bien : “Ceux-là, tu coupes avec eux, tu ne les fréquentes pas.” Mais ne pas fréquenter mon frère ou ma sœur qui est vraiment né de nouveau simplement parce qu’il a d’autres doctrines que moi sur des points secondaires, cela Dieu ne le permet pas.

Dans Ephésiens 4, au verset 1, Paul dit : « Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée ». Tu as une vocation céleste, merveilleuse, je t’appelle à sortir du monde du péché, je t’appelle à venir à moi pour que je te transforme et que je te transforme à mon image, pour que tu marches sur cette terre comme moi j’ai marché. C’est un appel glorieux, nous devons marcher d’une manière digne de cet appel. Ma marche va correspondre à cet appel, parce que j’aurai laissé Jésus travailler dans ma vie.

Ephésiens 4: 2 : « en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour ». Même les plus insupportables ! Je suis certain qu’il y a dans votre ville beaucoup de chrétiens insupportables, insupportables pour ma chair, mais pas pour mon esprit régénéré. Mon esprit régénéré est fait « selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (verset 24). Mon esprit régénéré dans lequel habite le Saint-Esprit recherche les choses de Dieu. Il a soif des choses de Dieu, mais ma chair n’en veut pas. Je n’ai aucune envie de marcher selon la chair, je veux marcher selon l’Esprit du Seigneur et selon l’esprit nouveau qu’Il m’a donné en Christ.

Ephésiens 4: 3 : « vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix ». Estce que dans votre Bible quand on lit “l’unité de l’esprit” il y a un grand E au mot esprit ? Dans la mienne il y a un petit e. Il peut y avoir un grand ou un petit e. S’il y a un grand E c’est le Saint-Esprit. S’il y a un petit e c’est notre esprit régénéré. Dans le fond ce n’est pas si important parce que notre esprit régénéré ne peut fonctionner que dans la soumission au Saint-Esprit. Dans le grec la majuscule n’existe pas on peut l’interpréter des deux manières. “Marcher par l’esprit” dit Paul, il n’y a pas de grand E. Cela veut dire marcher selon l’esprit régénéré que Dieu vous a donné, fait à Son image, dans lequel habite le Saint-Esprit et qui ne peut fonctionner que dans la soumission au Saint-Esprit. « L’unité de l’esprit », Paul dit que nous devons nous efforcer de la conserver.

Or nous ne conservons que ce que nous avons déjà. Si tu es né de nouveau et si je suis né de nouveau, nous sommes déjà, dès le départ, dans l’unité de l’esprit. L’esprit régénéré que tu as reçu à ta nouvelle naissance est parfaitement un avec l’esprit régénéré que moi j’ai reçu, parce que c’est Dieu qui les a créés tous les deux. Il les a créés tous les deux à Son image et Il les a créés parfaits tous les deux, dès le départ.
Je le dis, je le répète parce que beaucoup de chrétiens ne le savent même pas. L’esprit régénéré que Dieu t’a donné à ta nouvelle naissance est déjà parfait dès le départ, parce que Christ a tout accompli pour nous. C’est écrit dans Ephésiens 4: 24 : « revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité ». Tout le problème du Seigneur c’est de nous faire marcher dans cette justice-là et c’est pour cela qu’il dit : « Marchez par l’esprit ». Si tu marches par l’esprit que Dieu t’a donné, tu marches dans la perfection parce que tu es guidé par le Saint-Esprit. Et tout le travail du Seigneur c’est de nous faire sortir d’une marche par la chair dans laquelle nous sommes nés sur cette terre, pour entrer dans une marche par l’esprit, puisque nous sommes nés maintenant dans l’Esprit, nés de nouveau dans l’Esprit et il veut nous apprendre cette marche-là.

Mais comment savoir si un chrétien est né de nouveau ? Je vous assure que beaucoup de ceux qui se disent chrétiens dans les églises ne sont pas nés de nouveau. Ils viennent là par habitude ou par naissance, je dirais, parce que leurs parents étaient chrétiens, mais ils ne sont pas nés de nouveau.

On naît de nouveau quand on a eu une conviction de péché, quand on a reconnu notre péché devant Jésus, quand on s’est tourné vers Jésus pour lui dire : “Seigneur je te demande pardon pour mes péchés, entre dans mon cœur et change-moi.” Et là Dieu fait en lui une création nouvelle, il change son esprit qui était mort et il lui donne un esprit régénéré. Maintenant il va lui apprendre à marcher selon cet esprit-là. Il faut que le Saint-Esprit qui habite dans son esprit soit le maître absolu de sa vie, qu’il dirige toute sa vie pratiquement. Jésus est prêt à lui apprendre cela. Souvent dès le départ, je sais que mon frère ou ma sœur est né de nouveau parce que Jésus me l’a montré. Et quand je veux savoir si un frère, ou quelqu’un qui se dit frère, est vraiment né de nouveau, je compte sur le Saint-Esprit. D’ailleurs je le sens immédiatement, je le vois immédiatement par la révélation du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit nous le montre.

Jésus a dit à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde » (Matthieu 5: 14). Un disciple de Jésus par sa nouvelle naissance devient une lumière parce que la lumière de Jésus habite dans son cœur. Il devient une lumière du monde parce que la lumière du monde habite en lui : « Vous êtes la lumière du monde ». Alors si deux lumières se rencontrent ensemble, là ça brille ! Il y a la vie, c’est la lumière ! Mais cette lumière ne doit pas être sous le boisseau de la chair, elle ne doit pas être enfermée là dans l’armoire ou sous le lit, cette lumière doit briller et pour qu’elle brille il faut que la chair soit crucifiée, qu’elle soit ôtée, qu’elle soit mise de côté.

Mais en attendant je sais qu’avec mon frère et ma sœur nous sommes uns, nous sommes dans l’unité de l’Esprit, parce qu’il est né de nouveau, parce qu’elle est née de nouveau. Je vais vous dire une chose qui va peut-être vous surprendre, mais écoutez bien par le Saint-Esprit : l’esprit nouveau que mon frère a reçu à sa nouvelle naissance est le même que l’esprit nouveau que j’ai reçu à ma nouvelle naissance dans sa nature, dans sa qualité divine.

On ne peut pas croire que mon frère qui est là, né de nouveau, et moi, né de nouveau, nous ayons reçu deux esprits de qualités différentes. C’est impossible pour le Seigneur. Il ne va pas créer en toi un esprit nouveau de qualité supérieure et en moi un esprit nouveau de seconde classe. Cela n’existe pas dans le travail du Seigneur. Il crée en nous un esprit nouveau qui est exactement le même dans sa nature, dans sa qualité, dans sa beauté. Et si nos yeux spirituels s’ouvrent, nous voyons cela et nous voyons aussi, si nous-mêmes ou si notre frère ou notre sœur marche par cet esprit ou marche par la chair. Quand je vois un frère ou une sœur marcher par la chair et que je sais qu’il est vraiment né de nouveau, je ne peux qu’être attristé et dire : “Seigneur ! Mais apparemment il n’a pas compris qu’il a en lui un esprit parfait qui lui a été donné par Jésus et il continue à marcher selon la vieille nature (ou

en partie) qu’il avait héritée de ses pères sur cette terre.” Si je réalise qu’il a le désir d’apprendre à marcher par l’esprit, c’est bon ! Il est sur la bonne voie. J’ai ce désir aussi. “Conserver l’unité de l’esprit.” Efforçons-nous de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. Tu as une doctrine qui est différente de la mienne, mais tu es né de nouveau et moi aussi. Donc nous sommes destinés à vivre en paix parce que nous avons le même Esprit en nous. Je parle cette fois du Saint-Esprit de Dieu et que l’esprit né de nouveau en nous est de la même nature.
Vous rendez-vous compte de l’affront que nous faisons à Dieu par nos divisions, nos animosités, nos disputes, et le besoin de repentance que nous avons pour effacer les animosités, le passé, faire table rase de tout cela, accepter même l’injustice et tout ce qui est possible pour nous, puisque pour vivre en paix il faut être plusieurs ? Mais autant qu’il nous est possible je dois chercher la paix avec mon frère ou ma sœur, même avec ceux qui m’ont offensé. Et après avoir donné la liste de tout ce qui fait le fondement de notre union, Paul dit bien : « Il y a un seul corps » (verset 4). Nous sommes tous membre du corps de Christ quand nous sommes nés de nouveau. Chacun est une petite cellule et la biologie nous enseigne que chaque cellule en soi est parfaite et que chaque cellule contient complètement tout le programme génétique du corps entier. C’est comme si toute la vie du corps était contenue dans chaque cellule du corps. C’est une belle image car cela nous permet de comprendre que Dieu veut remplir de sa plénitude chacune des cellules de son corps, qui elles-mêmes forment son grand corps spirituel. C’est extraordinaire ! Un seul corps, un seul Esprit en Christ, une seule espérance, celle du salut, du ciel, de la Jérusalem céleste aussi, un seul Seigneur Jésus-Christ, une seule foi, l’évangile, la Parole de Dieu : « La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu » (Romains 10: 17).
« Un seul baptême », et le seul baptême qui soit vrai, ce n’est pas d’abord le baptême par immersion (le baptême par immersion, c’est le baptême biblique) mais le seul baptême qui soit vrai, c’est le baptême dans la mort et la résurrection de Jésus. Donc le baptême par immersion est l’image concrète. Vous pouvez passer par un baptême par immersion, mais s’il n’y a pas eu avant, une vraie conversion et une acceptation de la mort et de la résurrection de Jésus, il ne sert à rien ! Un baptême dans la mort et la résurrection de Jésus ! C’est pour cette raison qu’il faut être plongé dans l’eau et ressortir à une vie nouvelle. Ceux qui ne sont pas passés par un baptême d’eau par immersion, vous allez devoir le faire bientôt, si c’est votre cas, car c’est ainsi que Dieu le veut. Cela représente notre mort et notre résurrection en Jésus-Christ. Une aspersion ou une effusion ne peut pas le faire. Si vous ne partagez pas cette doctrine, restons en paix ! Dieu vous éclairera !
Au verset 6 : « un seul Dieu et Père de tous qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous ». Et ensuite après avoir dit cela, quand on a compris, on le met en pratique.

Paul dit au verset 11 : « Dieu a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs ». Il parle des anciens de l’église que Dieu a donnés pour le perfectionnement des saints. C’est l’unique but des anciens de l’église. C’est donc un but pour eux personnellement et c’est ce qu’ils doivent faire pour aider les brebis qui leur sont confiées par le Seigneur et qui sont les brebis du Seigneur. Ils travaillent « pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ ». Les pasteurs, les anciens, les prophètes, les docteurs, les bergers ne doivent avoir qu’une seule idée en tête : comment aider les brebis du Seigneur à développer leur relation personnelle avec Jésus, comment les aider à avancer sur le chemin de la perfection pour manifester le caractère de Jésus et le fruit de Jésus.

Et comme ils sont eux-mêmes membres du corps de Christ, eux aussi sont aidés par les autres. Cela a dû vous arriver d’aider vos anciens à faire quelque chose de spirituel, c’est cela le corps de Christ. Etre soumis les uns aux autres dans la crainte de Christ. Mais il y a une position qui est réservée à certains anciens, non pas qu’ils soient au-dessus ou meilleurs que les autres, mais ils ont une fonction particulière, un don que Dieu leur a donné pour aider les brebis à avancer. C’est merveilleux ce que dit Paul : « Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du fils de Dieu ». Ici je développe la phrase pour qu’on la comprenne bien : « Jusqu’à

ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi, et jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la connaissance du fils de Dieu ». Jean 17: 3 nous dit : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ ».
Si nous sommes différents dans la doctrine, c’est que nous sommes différents dans la connaissance de Celui qui est la Parole vivante, Jésus-Christ. L’unité de la foi, c’est l’unité de la connaissance de Jésus et de la doctrine. Mais c’est merveilleux quand on sait qu’on est déjà “un” dans l’Esprit. Il faut conserver cette unité de l’esprit par le lien de la paix et de l’amour et il faut atteindre l’unité de la foi. Et on ne peut l’atteindre que si on conserve l’unité de l’esprit.

Si nous restons divisés dans nos clans doctrinaux, si nous refusons de nous voir, bien que nous soyons frères et sœurs, nous ne parviendrons pas à l’unité de la foi. Il y aura toujours des divisions de doctrine à ce moment-là. Mais si nous acceptons de recevoir de Jésus qui est la Parole vivante, toute la révélation de la doctrine de Dieu, alors nous allons tous ensemble parvenir à l’unité de la foi. Nous aurons tous la même compréhension de la Parole de Dieu, exactement la même parce qu’on aura la même révélation de Jésus qui est la Vérité. Dieu envoie et donne des anciens qui vont travailler dur (les anciens ce ne sont pas eux qui font le travail, c’est le Saint-Esprit ) jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la doctrine, c’est-à-dire de la foi, puisque la foi vient de la Parole de Dieu, et à l’unité de la connaissance de Jésus.
Alors nous serons tous à genoux, là, quelque part dans notre maison, dans notre chambre disant : “Seigneur je veux à tout prix que tu me conduises dans toute la vérité, par ton Esprit de vérité, par ta Parole de vérité et je veux à tout prix que tu me fasses parvenir à la connaissance de JésusChrist. Je t’en supplie, fais de même pour mon frère et ma sœur.” Paul emploie cette prière sous une autre forme il dit : “Je fléchis le genou, je prie intensément pour que votre intelligence spirituelle s’ouvre, que vous compreniez, que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à votre appel, quelle est la glorieuse réalité qui est en vous, Christ en vous l’espérance de la gloire.” Il priait pour que les yeux spirituels des chrétiens s’ouvrent et qu’ils voient ce que Jésus a fait, qu’ils voient qu’il a déjà tout accompli, que nous puissions y entrer et que nous puissions vraiment aboutir à cette unité de la foi qu’il désire tant.

Alors il ne s’agit pas de taper contre les dénominations, ou de faire de l’anti-dénomination, il s’agit de comprendre que pour le Seigneur ce n’est pas cela qui est important, ce sont tous ceux qui sont dans ces dénominations-là et qui ont décidé de se placer devant Dieu en disant : “Seigneur fais ton travail pour que nous parvenions tous à l’unité de la foi et à l’unité de la connaissance de Jésus. Et si dans ce processus, tu dois éliminer certaines doctrines auxquelles je suis tant attaché parce que tu me montres qu’elles ne sont pas vraiment ta doctrine à toi, je l’accepte. Si tu veux ajouter encore quelque doctrine, Seigneur, que jusqu’à présent je n’aime pas trop considérer, mais si ta Parole et ton Esprit me montrent que c’est ta doctrine à toi, je suis prêt à l’accepter.” Alors j’ose croire que c’est ce que vous êtes en train de faire, de prier et de demander au Seigneur, et si nous le faisons avec confiance, c’est ce qui va se passer, et c’est ce que nous voyons se passer !

Nous voyons dans l’Eglise visible deux clans ou deux corps se constituer : Le véritable corps de Christ qui comprend tous ses enfants vraiment nés de nouveau qui en ont assez de marcher par la chair et par les hommes et qui veulent vraiment recevoir de Jésus seul toute la vérité, dépendre de lui et réaliser qu’on fait partie d’un même corps. Cela c’est le corps de Christ qui se met en place, qui se fortifie dans le Seigneur, qui s’édifie et qui est en train de former cette épouse, parfaite sans ride ni tache que Jésus va enlever. Cette épouse-là se prépare et se prépare dans la vérité, dans la recherche de la vérité, dans le rejet de tout compromis, dans l’Esprit du Seigneur, dans la simplicité, la joie, la paix de l’Esprit et cela se fait dans le secret des cœurs.

Et puis de l’autre côté nous voyons se constituer la fausse épouse, la prostituée, la fausse Eglise, qui ne recherche que l’apparence et qui va accumuler en son sein toutes les erreurs et tous les mensonges possibles : le faux œcuménisme, la fausse vérité en dehors de la vérité du Seigneur.

Une fausse unité en dehors de la Parole de Dieu, un faux œcuménisme en dehors de la vérité du Seigneur, et qui n’a aucun prix aux yeux de Dieu, et de l’autre côté la véritable unité de l’Esprit et la véritable unité de la foi dans l’obéissance au fils de Dieu et dans la connaissance réelle de Jésus. Ephésiens 4 : 13 : « jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus… à l’état d’homme fait (c’est-à-dire : parfait), à la mesure de la stature parfaite de Christ ».

Je reviens pour terminer à Jean 17. Je voudrais juste relire quelques aspects de la prière de Jésus, comme j’ai commencé par-là, je termine par-là. Jésus prie son Père et dit au verset 11 : « Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous ». C’était la prière suprême de Jésus avant d’aller à la mort. Garde-les tous, dans ta vérité (pour moi c’est sous-entendu), pour qu’ils soient un comme nous sommes un.
Il y a en Dieu trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit qui forment un seul Dieu en trois personnes et ces trois personnes-là sont dans une parfaite unité. Elle ne peut pas être plus parfaite. Il est en train de prier que nous chrétiens, nous soyons dans la même unité de l’esprit, la même unité complète que le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Est-ce que vous pouvez imaginer une unité plus parfaite ? Cela fait exploser mon entendement ! Qu’il prie en disant : qu’ils soient dans l’unité, qu’ils s’aiment ! oui, mais il dit : qu’ils soient un comme toi Père, tu es un avec moi, ton Fils.

Méditez un moment là-dessus et appliquez cela au petit groupe que nous formons ici. Cette prière de Jésus a été entendue par le Père et exaucée pleinement. Elle est déjà exaucée en Jésus-Christ, mais il faut que nous y entrions. Etre un avec mon frère et avec ma sœur comme le Père et le fils sont un, c’est un moyen radical d’éliminer toutes les divisions charnelles. Est-ce que cela peut être divisé ? Que l’on soit gardé dans la vérité et cela va se manifester. Cette révélation va changer les choses dans vos relations avec vos frères et avec vos sœurs, avec votre femme et avec votre mari (chrétiens je veux dire ) comme cela l’a fait dans ma vie !

Jésus dit au verset 17 : « Sanctifie-les par ta vérité ; ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde. Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité ». Vous voyez que le désir constant du cœur de Jésus qui est la vérité, c’est de nous faire marcher dans la vérité, de nous faire connaître la vérité, d’enlever les erreurs du milieu de nous, de nous faire croire parfaitement dans la vraie vérité de Dieu. C’est son désir ardent. Si c’est ton désir ardent, Dieu va le faire. Tu vas avoir une claire révélation de la vérité, tu vas savoir si telle doctrine derrière laquelle tout le monde court, est fausse ou vraie.
Au verset 20 : « Ce n’est pas pour eux seulement que je prie (pour ses disciples du temps où il priait), mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole (c’est-à-dire nous aujourd’hui), afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous ». Je vais rester un moment sur cette phrase parce que vous l’avez peut-être lue 10 ou 100 fois, mais il faut en saisir tout le sens. C’est important car chaque mot a son importance. Je relis au verset 21 : « je te prie, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi ». Il venait de dire : qu’ils soient un comme nous sommes un, mais là il ajoute quelque chose de différent : “qu’ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi je suis en toi” ! Cela veut dire que la base de l’unité du Père et du Fils était la suivante : C’est que le Père est dans le Fils et le Fils est dans le Père. C’est cela qui fait leur unité indestructible puisque c’est le même Dieu, mais pas la même personne, mais ils sont l’un dans l’autre. Le Père est dans le Fils, le Fils est dans le Père et c’est pour cela qu’ils sont un. Il est en train de dire : “Je te prie qu’ils soient un comme moi je suis en toi, et toi tu es en moi.”

Alors si vous appliquez cela à l’unité des chrétiens dans l’esprit, cela veut dire que par exemple mon frère ici, qui est né de nouveau et moi aussi, il faut que nous soyons un, comme le Père est dans le Fils et le Fils est dans le Père. Et il faut donc que mon frère soit en moi et moi en lui spirituellement parlant. Il faut que j’aie compris qu’il a le même esprit que moi, que l’esprit que j’ai là c’est un esprit créé du même Père, qui a la même nature divine et que ce même esprit vit en lui et vit en moi. C’est

comme si mon nouveau moi vit en lui et que son nouveau moi spirituel vit en moi, parce que cela est de la même nature divine qui nous unit, elle vient de Dieu. Mais quand tu comprends cela, si tu frappes sur ton frère, en fait tu es en train de te frapper toi-même ! Vous vous rappelez ce que Jésus a répondu à Saul : « Qui es-tu Seigneur ? -Je suis Jésus que tu persécutes » (Actes 26: 15). Il était en train de persécuter les chrétiens et il ne se rendait pas compte qu’il était en train de persécuter Jésus dans les chrétiens.

Alors le ciment de mon unité avec mon frère, c’est Jésus en lui et Jésus en moi. C’est aussi le Saint-Esprit en lui et le Saint-Esprit en moi. C’est aussi le Père en lui et le Père en moi. Et en plus c’est son esprit recréé qui est le même avec mon esprit recréé. C’est comme si moi je vivais en lui, je ne parle pas de mon vieux moi charnel mais je parle de mon être nouveau spirituel qui m’a été donné à ma nouvelle naissance. Et quand je réalise cela avec les yeux de l’esprit, je ne peux plus me diviser avec mon frère au sens charnel du terme. Il est vrai que nous devons apprendre tous les deux à marcher par l’esprit pour que notre communion soit complète parce que si je comprends que mon frère est né de nouveau, il est donc en Christ, Christ habite en lui et il est en Christ. Mais s’il marche par la chair, du moins en partie, et moi aussi, on ne va pas être dans la vraie unité de la foi, même si on est dans l’unité de l’esprit. Il va falloir progresser pour que la sanctification passe dans toute ma vie et que la nature de Jésus (la nature nouvelle qu’il m’a donnée ) passe dans tous mes actes, dans tous mes gestes, dans tous mes regards. C’est cela la vraie sanctification !

La vraie sanctification c’est quand la nature de Jésus qu’il t’a donnée transparaît au-dehors dans tous tes actes, dans tous tes gestes, dans tes regards, et dans tes paroles. Là tu es vraiment dans la sanctification pratique ! Si tu dis : “Jésus manifeste-toi au travers de moi, pleinement”, cela veut dire que toute ta chair aura été mise de côté et que Jésus va se manifester pleinement par toi, et tout ce que tu vas dire ou faire ou penser ou parler, c’est Jésus qui va le faire en toi, qui va le dire en toi et tu vas marcher comme Jésus a marché. Quelle gloire pour Dieu !

C’est cela qu’il veut faire ici et dans le monde entier pour son corps, jusqu’à ce que nous y soyons tous ; et le travail, je vous garantis mes biens aimés frères et sœurs, peut se faire en un instant, quand vous avez la révélation de l’œuvre de la Croix et de Christ, que vous avez compris ce que Christ a fait. La révélation se fait en un instant et vous savez qui vous êtes vraiment devant Dieu : une créature nouvelle que Dieu a ressuscitée, un être entièrement nouveau dans l’esprit. Quand Dieu vous ouvre les yeux sur ce qui peut encore traîner de la chair dans votre vie, vous n’avez qu’un désir en tête : “Seigneur apprends-moi à ne plus marcher dans la chair, mais marcher pleinement dans ton Esprit, cet esprit nouveau que tu m’as donné.” Et il ajoute, à la fin du verset 21 : « Afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé ».

Le monde ne croira pas ! Vous pouvez faire toutes les campagnes d’évangélisation que vous voulez, tant que l’Eglise visible sera dans l’état actuel d’amertume, de divisions, de séparations charnelles, le monde ne croira rien du tout. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura personne qui sera sauvé, mais il parle du monde. Le vrai unique moyen radical d’évangélisation, c’est quand le monde voit des chrétiens unis, comme le Père et le Fils qui sont un, des chrétiens qui s’aiment comme Jésus nous a aimés. Se pardonner complètement malgré les pires crasses que l’on vous a faites, il faut un pardon complet.

Pourquoi pouvez-vous pardonner à votre frère ou à votre sœur ? C’est parce que vous avez compris que Dieu vous a pardonné bien plus en pardonnant vos péchés. Quand Dieu a pardonné mes péchés, il a pardonné une dette bien plus grande que la dette envers moi de mon frère qui m’a offensé. Et ceux qui ont du mal à pardonner sont ceux qui n’ont pas compris quel était le prix que Jésus a payé pour leur donner le pardon à eux. C’est facile de pardonner quand tu as compris ce que Jésus t’a pardonné, c’est très facile, tu pardonnes à l’instant même, et même si personne te demande pardon, tu pardonnes tout de suite, c’est réglé ! C’est beau la vie chrétienne comme cela !

Le monde qui nous entoure ne sait pas que Dieu aime ce monde au point qu’il a donné son fils Jésus. La valeur de l’amour que Dieu a pour ce monde, c’est la valeur de ce que Dieu a pour son Fils

qu’il a donné pour ce monde. Réalisons-nous que nous, enfants de Dieu, le Père nous aime exactement comme il aime Jésus, parce qu’il a donné Jésus pour nous ? Est-ce que tu avais bien compris que Dieu le Père t’aime comme il aime Jésus ? Là il parle au monde, c’est-à-dire à des pécheurs de ce monde qui ne sont pas encore sauvés. « Le Père a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». A combien plus forte raison notre Père céleste va pouvoir nous manifester ce même amour.

Quand je sais que mon frère qui parle ou ne parle pas en langues, qui a d’autres doctrines que moi, mais qui est l’objet du même amour du même Père, de l’amour que mon Père me donne à moi, (Il n’y a pas de chouchou pour Dieu, nous sommes tous aimés du même amour) et quand je comprends que je suis aimé du même amour je vais pouvoir comprendre qu’il a déversé dans mon cœur par son Esprit ce même amour et qu’il ne veut plus rien qui empêche de le manifester, plus rien !

« Je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire » (verset 24). Souvent on prend cela dans le sens d’être au ciel, c’est juste, mais je suis persuadé qu’il y a aussi un sens pour comprendre c’est que : “Là où je suis, je veux que ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi pour qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée.” Là où deux ou trois sont réunis, au Nom du Seigneur, mais unis dans le cœur, Jésus est au milieu d’eux. Mais bien souvent Sa gloire ne se manifeste absolument pas parce qu’il y a justement absence de cette unité de l’Esprit, de la foi et de l’amour car la chair est encore là. Jésus veut que nous voyons sa gloire et qu’elle se manifeste au milieu de nous. Et la gloire de Dieu ne va pas se manifester d’abord par des signes extérieurs surnaturels, la gloire de Dieu va se manifester d’abord et avant tout par la manifestation de Jésus dans nos vies et dans l’église.

Seigneur, notre joie c’est de te connaître, c’est d’avoir compris que tu avais voulu te révéler à nous. Notre joie c’est aussi de savoir que tu veux nous amener là où tu veux nous amener dans cette pleine connaissance de toi et de ta Parole en toute vérité. Seigneur, que nous puissions te glorifier, nous qui sommes ton Eglise par l’accomplissement de ton œuvre en nous. Je te prie que tu bénisses chacun de ceux qui sont ici, chacun de nous, je te prie que tu guérisses toutes les blessures de l’âme, et du cœur, je te prie Père que par ton Saint-Esprit tu fasses exactement ce que tu veux faire et je te laisse agir, Seigneur, au nom de Jésus-Christ. Amen !

Source de Vie – http://www.sourcedevie.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *